AccueilRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | .
 

 Passé commun

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Amaüry
"Sans-Bourses"
avatar


Messages : 45
Date d'inscription : 28/02/2013
Age : 34

MessageSujet: Passé commun   Lun 4 Mar - 12:53


La journée avait été dure ici, à l’extrême nord des Cimefroides. Des chapelets d’ïles et de récifs s’échelonnaient le long de la côte exposée à la violence des vents glacials. C’était bien au-delà des dernières régions montagneuses couronnées d’imposants glaciers. Ici nous étions dans le désert de glace.

Région où l’irréel et le réel étaient souvent indissociables. Fables, légendes, traditions se mêlaient. On disait que certaines nuits où la tempête faisait rage, un grand fracas pouvait se faire entendre, comme le bruit d’une bataille. Les plus audacieux qui se risquaient dehors, pouvaient voir passer de nombreuses personnes, tant à cheval qu'à pied, parmi lesquelles se reconnaissaient des personnes que l’on savait mortes.
Parfois ces morts parlaient et lançaient des invitations à les rejoindre, parfois non.
Parfois un crieur devançait la troupe pour prier les gens de s'écarter, parfois non.

Ce phénomène portait plusieurs noms mais ici, on l’appelait surtout... La chasse sauvage.

Il était venu en Norn, il devait repartir en légende !
Pour l’heure, la violence du vent et de la neige avait contraint l’homme à se réfugier dans une taverne. C’était une bâtisse en madrier de bois comme on en trouve beaucoup dans ces régions, symbole de la culture Norn, modèle de simplicité et d’harmonie avec la nature.

Par l’ourse ! Quel temps d’merde ! Sers moi donc un godet l’vieux !

On emprunte tous des chemins différents pour devenir une légende… L’homme n’avait pas son pareil pour soutirer des informations aux autochtones…

L’vieux !? Grouuuuuuille ! J’ai grand soif !

...

Dis, l’vieux, t’sais pas si y’aurait un trésor, ou une bête énorme à terrasser dans l’coin ? Hein dit ?


C’est des nuits comme celle-ci que cela se passe. Ils arrivent….

L’homme s’impatientait, ne prêtant aucune attention à la peur qui se dessinait peu à peu sur tous les visages de la taverne.

Faut que j’aille me servir moi-même ou bien ?

Ça arrive ! Ils sont là !

Le brouhaha de la tempête perdait de son intensité ou plutôt était masqué peu à peu par autre chose. Le Norn finit par tendre l’oreille.

Cris d’oiseaux, aboiements,
Craquements, bruit sec, crépitement
Comme le bruit d’un récif qui s’effondre

Qu’est ce que…. ?

Ils sont là ! Ils arrivent ! Que les esprits veillent sur nous.

Quoi ? Qui ?

Hennissements, miaulements…
Une éruption…. Lointaine
Le sol tremble.

Le Norn se redressa et se dirigea vers l’entrée. Une porte de bois vétuste, semblant avoir traversée les âges se dressait devant lui, dernier rempart entre lui et…

Voix plaintives, sonneries de cors…

La chasse sauvage ! N’y allait pas je vous en conjure ! Les morts vous prendront avec eux !

Les cors sonnaient comme une armée entière d’animaux. Ils beuglaient, clapissaient, criaient, chantaient...

Lorsque le Norn poussa la grande porte… Elle était là.
Petite chose fragile, hagarde, vêtue de haillons, les cheveux ébouriffés.
Sauvageonne, tandis que le silence reprenait peu à peu ses droits...



Dernière édition par Amaüry le Lun 4 Mar - 13:38, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hazia
"Doc"
avatar


Messages : 97
Date d'inscription : 28/02/2013

MessageSujet: Re: Passé commun   Lun 4 Mar - 13:12

L'Hiver est là. Nappé de brouillard, bousculé par la furie du vent et de la neige, un corps de femme avance. Le dos vouté, son visage est masqué par de longs cheveux mouillés, glacés. Ses mouvements sont lents, disgracieux. Un sifflement en guise de respiration se noie dans le hurlement de la tempête. Des ombres dansent et hurlent à ses côtés.

Pas après pas. Elle avance... sans but, sans réfléchir, sans que son regard ne quitte ses pieds... des pieds nus qui se confondent avec la neige... Le vent hurle, porte a ses oreilles des cris, des grincements... des hurlements, mais elle ne les entend pas. Ou les entend trop bien. Est-ce ces voix qui la portent? Qui la soumet a trainer sa misérable carcasse, ou est-ce juste l'instinct de survie dans sa forme la plus primitive? Elle ne le sait... elle ne sait rien, elle avance. Signe de vie, une langue darde hors de ses lèvres, passe sur les craquelures de celles-ci... qui s'ouvrent de plus belle... Mais elle ne semble en avoir cure. Le regard vide, les cheveux emmêlés, trempés, elle avance...
Pas de réflexion.
Pas de larmes.
Nul tremblement dans ce corps soumis aux forces des éléments...
Avancer.

Aux grognements gutturaux et cris stridents se mêlent a présent des éclats de voix.
Les entend-elle?
Elle ne le sait... elle ne sait rien, sans réfléchir ses épaules se tournent légèrement, offrant plus de prises aux morsures du vent. Ses jambes, pauvres choses rougie et brulées par le froid tremblent un instant et suivent le mouvement. Déviation.
Avancer… S'arrêter signifie mourir. Ou se situe la frontière entre la vie et la mort..?
Un rayon de lumière vient la happer brusquement. Douce chaleur, Symbole de vie. Le sait-elle? si ce n'est pas le cas, l'instinct lui, ne se trompe pas. La frontière vacille... Cette lumière réveille une bête endormie... tout doucement... lentement... Conscience. La luminosité s'estompe, pour disparaitre.
Le corps s'arrête. Doucement, lentement, son regard quitte l'image des deux morceaux de chair qui la porte pour avancer de quelques centimètres... là... devant... la substance blanche, glaciale, celle qui mort, pique et déchire, brille et étincelle de mille feux... le regard du misérable déchet de l'humanité se lève encore, doucement... lentement... se pose un instant..

...De la neige...

La respiration sifflante, elle se dresse de toute sa hauteur, tangue.
Équilibre précoce. Les yeux grands ouverts, dénudés d'expression, elle fixe l'ombre géante...

.... Qui? ...

Équilibre rompus.
La neige s'ouvre à elle, l'accueille.
Murmure de réconfort à peine entendus
Deux yeux bleus fixent un colosse.
Avec force.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Passé commun

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Recharger son titre de transport en commun avec son lapin !
» Passé sombre.
» Quand le passé nous tien...
» MagnumUrgal, passé, présent et futur d'une Ombre
» Le père Noël existe, il est passé nous voir !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forbans :: Sur nos rivages [RP public] :: En territoire pirates-